• Les grands groupes étouffent les PME

     

    Les délais de paiement entre entreprises sont, en principe, fixés par la loi. La règle générale est de 30 jours, qui peuvent être prolongés par un accord entre les deux parties à 45 ou 60 jours. Ces délais constituent de fait un crédit accordé par les fournisseurs à leurs clients.

     

    En réalité, seulement un tiers des entreprises respectent ces délais légaux, la plupart paient avec de 12 à 15 jours de retard. Mais, à ce petit jeu, tout le monde n'est pas égal. Un grand groupe trouvera facilement auprès des banques un relais pour attendre d'être payé, tandis qu'une entreprise moyenne ou petite se verra souvent refuser un crédit de trésorerie. La plupart des fournisseurs des grands groupes sont en fait des sous-traitants qui n'ont souvent qu'une seule grande entreprise comme client et sont donc totalement dépendants du grand groupe qui peut facilement leur imposer ses délais de paiement. Résultat : le retard des poids lourds de l'économie (Valeo, Bouygues Telecom, Numéricable, etc.) atteint 15 jours, tandis que la moyenne du retard pour les artisans est de 12 jours. « Les grands groupes se défaussent auprès de leurs fournisseurs ETI (Entreprises de taille intermédiaire), qui font de même avec les PME (Petites et moyennes entreprises). En bout de chaîne, les TPE n'ont personne contre qui se retourner », affirme M. Pelouzet, médiateur des entreprises.

     

    Or, il faut savoir que les retards de paiement sont responsables du quart des faillites d'entreprises en France, et donc des licenciements qui les accompagnent inévitablement.

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :