• Après le projet Badinter, qui fixait de grandes règles de droit, voici le projet El Khomri-Macron, qui a une visée plus économique. Pour les salariés, il ne va pas assez loin dans la sécurité, pour les entreprises, il ne va pas assez loin dans la flexibilité. Comment aller plus loin ?

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  •  

    Enfin deux signes encourageants !

    1. Depuis 2012, le déficit de la balance commerciale (exportations – importations) a diminué. Les importations sont restées stables (500 milliards d'euros en 2015 contre 509 en 2011), tandis que les exportations ont progressé (455 milliards contre 442)

    2. La croissance a été de 0,3% au quatrième trimestre 2015, alors qu'elle avait été nulle au deuxième trimestre. La production a augmenté de 0,4%.

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Les délais de paiement entre entreprises sont, en principe, fixés par la loi. La règle générale est de 30 jours, qui peuvent être prolongés par un accord entre les deux parties à 45 ou 60 jours. Ces délais constituent de fait un crédit accordé par les fournisseurs à leurs clients.

     

    En réalité, seulement un tiers des entreprises respectent ces délais légaux, la plupart paient avec de 12 à 15 jours de retard. Mais, à ce petit jeu, tout le monde n'est pas égal. Un grand groupe trouvera facilement auprès des banques un relais pour attendre d'être payé, tandis qu'une entreprise moyenne ou petite se verra souvent refuser un crédit de trésorerie. La plupart des fournisseurs des grands groupes sont en fait des sous-traitants qui n'ont souvent qu'une seule grande entreprise comme client et sont donc totalement dépendants du grand groupe qui peut facilement leur imposer ses délais de paiement. Résultat : le retard des poids lourds de l'économie (Valeo, Bouygues Telecom, Numéricable, etc.) atteint 15 jours, tandis que la moyenne du retard pour les artisans est de 12 jours. « Les grands groupes se défaussent auprès de leurs fournisseurs ETI (Entreprises de taille intermédiaire), qui font de même avec les PME (Petites et moyennes entreprises). En bout de chaîne, les TPE n'ont personne contre qui se retourner », affirme M. Pelouzet, médiateur des entreprises.

     

    Or, il faut savoir que les retards de paiement sont responsables du quart des faillites d'entreprises en France, et donc des licenciements qui les accompagnent inévitablement.

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Hollande s'est lié à la baisse du chômage, qui ne dépend pas essentiellement de l'Etat, mais des entreprises. Deux articles le montrent bien : l'un évoque le manque d'audace des entreprises, qui pensent leur stratégie seulement à court terme, et n'osent pas investir et se lancer dans des projets à moyen et long terme, l'autre cette idée qu'il faut allonger la durée du travail, que les Français ne travailleraient pas assez.

     

    En fait les entrepreneurs n'entreprennent pas assez ! Ce n'est pas moi qui le dis, mais Larry Fink, le PDG du fonds d'investissement BlackRock, le plus gros gestionnaire d'actifs du monde avec 4 600 milliards de dollars (oui, vous avez bien lu, ce n'est pas une faute de frappe!) M. Fink parle de « l'hystérie de la culture des résultats trimestriels, qui est en totale contradiction avec l'approche de long terme dont nous avons besoin ».

     

    L'autre nouvelle concerne la durée du travail. Nicolas Sarkozy, par exemple, dit et répète à l'envi, mais il n'est pas le seul, loin de là, qu'il faut « travailler plus », et donc favoriser les heures supplémentaires, etc. Les chiffres montrent que les Français travaillent autant que la moyenne des européens, environ 1 500 heures par an. Les Néerlandais, eux, travaillent en moyenne environ 1 300 heures. Les Pays-Bas se portent-ils plus mal que la France ? En 2014, la croissance y était de 1%, contre 0,2 en France et l'Union européenne (à 28), de 1,3 (Source INSEE). Le chômage est à 6,8% contre 10,1% en France. Le développement humain, les services publics, en revanche, profitent de la durée de travail plus courte.

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique